IMPORTANCE DE LĠ0RIGINES REFLEXES DES PROBLEMES SEXUELS            

 

 

                         

                           

                                                     

Nous Žtudierons successivement :

 

1)    La sexualitŽ en tant quĠactivitŽ rŽflexe

2)    Les influences non consciente du cerveau profond : Hypothalamus

 

 

 

Essayons de comprendre en quoi la fonction sexuelle est diffŽrente des autres fonctions de lĠorganisme.

Nos rŽactions sexuelles sont des rŽflexes qui font partie de notre vie viscŽrale.

Elles sont rŽglŽes de faon automatique par  le systme nerveux autonome (sympathique para sympathique) et Žchappent  en fait ˆ notre volontŽ.         

Les sensations et mouvements volontaires font partie de notre vie consciente dĠorigine corticale qui est sous le contr™le de notre volontŽ.

 

1)   Caractre rŽflexe des rŽactions sexuelles

 

Que veut-on dire par rŽflexes sexuels ?

      

Pour  mieux comprendre lĠorigine des difficultŽs sexuelles,  il faut dĠabord admettre leur caractre rŽflexe  donc automatique, sur lesquels la volontŽ nĠa pas de prise. Il en dŽcoule que dans la sexualitŽ, il ne peut tre question de performances.

 

Ce qui est troublant cĠest que lorsque nous nous mettons en situation sexuelle, nous avons lĠimpression lĠune activitŽ dirigŽe par notre volontŽ, mettant en cause notre sensibilitŽ et notre motricitŽ volontaire.

 

Si lĠon examine en dŽtail ce quĠil en est vraiment on se rend compte quĠeffectivement lĠaction de caresser le sein de notre partenaire ou  pour une femme le sexe de son partenaire est effectivement une action volontaire mais ce sont les consŽquences de cette action qui sont rŽflexes et sur lesquelles nous nĠavons aucune prise directe (congestion du mamelon et Žrection).  

Il sĠagit de rŽactions semblables ˆ la salivation en pensant ˆ un bon repas.

 

 Il existe quatre rŽflexes de base : deux  pour lĠhomme et deux pour la femme qui sou tendent toute la sexualitŽ.

 

 

Pour lĠhomme lĠŽrection et lĠŽjaculation. 

Pour la femme la lubrification vaginale et lĠorgasme.

 

 

Il y a donc un aspect unisexe ˆ toutes ces rŽactions rŽflexes.

 

REFLEXIONS SUR LE CARACTERE REFLEXE DES REACTIONS SEXUELLES

 

Le caractre rŽflexe, donc automatique, de ces rŽactions, font que si en apparence notre sexualitŽ fait partie de notre vie volontaire, nous nĠavons pas en fait  de prise directe sur ces rŽactions.

 

Le caractre rŽflexe donc automatique  entra”ne un certain nombre de consŽquences annexes :

Comme tous les rŽflexes ils sont automatiques, conditionnels, conditionnables, ils peuvent se dŽconditionner  et  ils peuvent se reconditionner.

 

Une partie importante  des difficultŽs sexuelles et des techniques utilisŽes en sexotherapie comportementale est en relation avec le caractre rŽflexe de la sexualitŽ.

 

On comprendra donc immŽdiatement que tout ce qui peut perturber  ces rŽflexes  risque Žgalement de perturber les rŽactions sexuelles.

                                              

RŽflexes segmentaires ou rŽflexes conditionnels directs de Pavlov

 

 Tout de monde connait le reflexe rotulien ou le marteau du mŽdecin (stimulus) entra”ne une contraction musculaire au niveau de la cuisse.(rŽponse) le stimulus (nerf sensoriel va ˆ la colonne moelle Žpinire qui transforme lĠinformation.

On comprend que lĠalcool  et  beaucoup de mŽdicaments agissant sur les mŽdiateurs du systme nerveux puissent ralentir ou faire disparaitre la transmission des information au niveau des jonctions entre plusieurs fibres nerveuses.

 

 

RŽflexes conditionnels indirects de Pavlov

 

Le lien entre stimulus et rŽponse est moins absolu mais tout aussi automatique.

 

 Il peut suffire par exemple  de sĠadonner ˆ certaines activitŽs sexuelles variantes (cette variance ne se dŽfinissant que dans le cadre de normes sociales, religieuses ou morales) comme par exemple :

a.    -le Minitel Rose, Interne, et beaucoup de stimulations visuelles.   

b.    -des relations de triolisme ou dĠŽchangisme.

c   -des scenarii imaginaires  (fantasmes)-

 

pour crŽer un lien conditionnel entre ces activitŽs et le dŽclenchement automatiques des rŽactions sexuelles rŽflexes et lĠextinction dĠautres conditionnements antŽrieurs.

 

Il me semble que ces conditionnement-dŽconditionnement-reconditionnements pourraient peut tre obŽir ˆ la loi de la facilitation des rŽflexes  et aussi ˆ la rŽgularitŽ de lĠŽvŽnement conditionnant.

 

Un systme qui permet dĠobtenir le rŽflexe plus rapidement et plus facilement

remplaant le conditionnement antŽrieur moins rapide.

 

Les liens conditionnels sont relativement Žtroits et nŽcessitent une prise en charge dŽlicate pour pouvoir les reconditionner dans une vŽritable rŽŽducation. .

 

Citons parmi ces liens qui engendrent beaucoup de difficultŽs sexuelles :

 

1)   Dans  la masturbation il existe un lien entre

c.    La capacitŽ ˆ obtenir lĠexcitation suivant que lĠon utilise sa main gauche ou droite.

d.    Pour la femme celle qui a dŽcouvert lĠorgasme en serrant les jambes aura des difficultŽs ˆ le reporter sa capacitŽ dĠexcittion sur une stimulation diffŽrente  (clitoridienne par exemple)

e.    La femme qui a dŽcouvert son orgasme avec une douchette ou un vibreur  aura du mal ˆ retrouver cet orgasme  par stimulation manuelle  etc

 

 

2)       Le lien pavlovien entre le scŽnario fantasmatique  qui permet de dŽclencher lĠŽrection ou lĠŽjaculation est trs Žtroit au point quĠun scŽnario Žrotique survenant ˆ lĠadolescence persiste parfois la vie entire ,        avec des variations trs minimes.

 

Un homme qui voyait son Žrection se produire  normalement dans un lit avec une femme , peut ne plus davoir dĠŽrection dans cette situation ˆ deux aprs sĠtre adonnŽ ˆ lĠŽchangisme par exemple .

 

Un homme qui contr™lait trs bien son Žjaculation , peut trs bien  aprs  une jachre sexuelle de quelques mois se retrouver  incapable de contr™ler son Žjaculation. quand sa sexualitŽ reprend. (DŽconditionnement)

 

 

RŽflexion sur les expŽriences de Pavlov

 

Rappel de lĠexpŽrience

Pavlov en mme temps quĠil donne sa p‰tŽ ˆ son chien , siffle dans un sifflet., en mme temps il recueille les secrŽtions   des glandes salivaires , qui sont  la consŽquence rŽflexe du contact de la nourriture avec la bouche :durŽe 15 jours successifs de stimulation .

 

Le salivation   est un rŽflexe gŽrŽ par le systme nerveux sympathique – parasympathique , dont le mŽcanisme est en tout point identique au rŽflexe dĠŽrection.

 

 Pavlov  a lĠidŽe de siffler dans le sifflet sans prŽsenter la p‰tŽe au chien.

Il se rend compte que  le bruit  du sifflet (annonce virtuelle du repas) engendre une sŽcrŽtion salivaire analogue ˆ celle survenant  au dŽpart au moment de la prŽsentation du repas.

Il en conclut quĠil est possible de conditionner un rŽflexe.

 

A noter Žgalement que Pavlov dŽcrit lĠŽvolution de ces conditionnement vers un affaiblissement puis une extinction si le lien qui conditionnel rŽflexe nĠest plus jamais rŽpŽtŽ.

 

 Pour PAVLOV  cĠŽtait  le sentiment de bonheur , de bien tre qui  met en  branle le rŽflexe.

Le bruit du sifflet est associŽ ˆ se sentiment de bien tre  et va  informer directement  sans le recours de la pensŽe associative, le cerveau primitif  (hypothalamus ) ,qui  donne un ordre de stimulation au systme parasympathique entra”nant la salivation .

 

CĠest lĠ hypothalamus qui est le centre de  rŽgulation du systme nerveux autonome qui module la commande la  sŽcrŽtion salivaire .(comme des rŽflexes sexuels)

 

Pavlov appelait ce phŽnomne une Ç pensŽe ŽlŽmentaire concrte È.

 

Quand je parle de rŽflexes sexuel ,il faut bien prŽciser  quĠil existe en fait deux types de rŽflexes sexuels :

 

 

 

 Des rŽflexes conditionnels directs   (inconditionnel pour Pavlov ) ,

 analogues aux rŽflexes tendineux , rotulien par exemple , un marteau rŽflexe percute le tendon rotulien qui informe la moelle Žpinire qui adresse directement au muscles quadriceps un ordre de contraction musculaire :

 

Exemple de rŽflexe segmentaire direct :

 

 Dans la sexualitŽ, quand une main caresse la verge, cette sensation adresse un message direct au centre  de lĠŽrection ; ce centre de   lĠŽrection  envoie aux artres un ordre parasympathique  qui dŽclenchent une dilatation des artres augmentant le dŽbit  des artres allant ˆ la verge et engendrant au niveau de lĠendothŽlium situŽ ˆ lĠintŽrieur des  artres une sŽcrŽtion de mono-oxyde dĠazote qui est dŽversŽ dans la circulation artŽrielle et va en aval  provoquer la fermeture au niveau des corps caverneux des shunts arterio-veineux..

La pression augmente  et la verge gonfle.

 

Des rŽflexes conditionnels indirects  (conditionnels  pour Pavlov)

 

QuĠest ce qui est mis en jeu dans le dŽclenchement de ces rŽflexes  conditionnels indirects ?

 

Ce sont des PATTERNS EMOTIONNELS (ce auxquels Ericson et Rossi  ont donnŽ le nom de Ç state dependant memory).

 

Anatomiquement  le sige de  ces patterns Žmotionnels  se situe au niveau du

 

 

       Centre de la rŽgulation du Systme Nerveux Autonome lĠhypothalamus.

 

 (pour plus dĠinformations voir Hypothalamus dans le dictionnaire gratuit)

 

Il semble que lĠhypothalamus puisse mŽmoriser des patterns Žmotionnels initialisŽs lors dĠun ŽvŽnement  particulier  et les reproduire de faon stŽrŽotypŽes  lors de situations  identiques ou ayant une analogie avec lĠŽvŽnement initialisant .

 

 Il  me semble exister   deux patterns Žmotionnels opposŽs:

 

Un pattern Žmotionnel  entra”nant une mise en jeu Žlective du systme nerveux parasympathique ,  auquel je donnerai lĠappellation de

 

 

  Pattern Emotionnel Positif

 

Ces P.E.P  sĠaccompagnent de sensation de dŽtente , de bien tre ,liŽs ˆ la sŽcrŽtion dĠ acŽtylcholine  et sont favorables ˆ la survenue de lĠŽrection  par exemple .

 

Ils  vont  sĠinitialiser au cours dĠŽvnements particuliers , et vont  reproduire dans des conditions identiques ou analogues , les mmes rŽactions physiologiques , de faon ronŽotypŽes .

 

Comment reconna”tre un P.E.P.

 

Sensation de bien tre

Rythme cardiaque lent et rŽgulier

Tension artŽrielle basse

Sensation de chaleur aux extrŽmitŽs :mains et pieds

Endormissement facile, rves agrŽables

CapacitŽ dĠabandon en situation sexuelle

Survenue facile de lĠŽrection

PrŽsence dĠŽrections matinales frŽquentes

Diminution du tonus musculaire , amŽlioration de la souplesse corporelle .

 

 

 

 

ET

 

Un pattern Žmotionnel entra”nant une mise en jeu du systme nerveux sympathique ,

auquel  je donnerai lĠappellation de

 

 Pattern Žmotionnel nŽgatif : P.E.N.

 

Ces P.E.N.  sĠaccompagnent dĠune sensation  de tensions psychiques, liŽe ˆ la  sŽcrŽtion exagŽrŽe dĠadrŽnaline et sera par exemple un facteur dĠaccŽlŽration de la montŽe vers lĠŽjaculation ou lĠorgasme et un facteur de perte  de lĠŽrection dans dĠautres circonstances.

 

Ces P.E.N.  vont eux aussi tre initialisŽs au cours dĠŽvnements particuliers  et vont eux aussi   reproduire les mmes, rŽaction physiologiques  dans des circonstances analogues ou identiques.

 

Au cours dĠun viol, un P.E.N.  va tre initialisŽ qui va se reproduire  dans des situations sexuelles identiques et compromettre la vie sexuelle de la femme.

 

Comment reconna”tre un P.E.N.

 

Un P.E.N.  se reconna”t en recherchant les signes physiques qui lĠaccompagne habituellement: tous les sympt™mes ne sont pas fatalement tous prŽsents , suivant les individus les signes cliniques peuvent  se localiser  soit

- sur le systme vasculaire :    CÏur et Tension ArtŽrielle

- sur le systme digestif :        Estomac et intestins   par exemple 

 

LĠindividu soumis ˆ un P.E.N. va ressentir par exemple

 

AccŽlŽration cardiaque

Augmentation  transitoire  de la tension artŽrielle

Scheresse de la bouche

AciditŽ gastrique

Transpiration des mains

Douleurs dĠestomac, digestion retardŽe

,douleurs musculaires (dorsalgies , lombalgies )

 

Ces  P.E.P. et  P.E.N.   vont soit faciliter soit contrarier  la survenue des  rŽflexe , soit la faciliter suivant le  systme nerveux autonome mis en cause dans le rŽflexe :

 

Un P.E.P     va faciliter la survenue du rŽflexe dĠŽrection :

(neuromŽdiateur  ACETYLCHOLINE )

 

Un P.E.N.   va faciliter la survenue du rŽflexe dĠŽjaculation (neuromŽdiateur ADRENALINE  donc acceler,lĠŽjaculation.

 

On doit donc souligner pour conclure que toute expŽrience quĠelle soit positive ou nŽgative est stockŽe : en tant quĠŽmotion et  dŽclenche ˆ distance des rŽactions neurovŽgŽtatives identiques ˆ celles survenue au cours de lĠŽvŽnement initiateur.

 

 

                  LES CONDITIONNEMENTS REFLEXES

 

Importance de la comprŽhension du caractre conditionnel des rŽflexes dans les troubles sexuels

 

La consŽquence de ces rŽflexions qui semblent ˆ premire vue trs thŽoriques est que les patients qui consultent sont souvent dŽsorientŽs ,comme pris au pige par des anomalies ou des modifications de leurs rŽactions sexuelles quĠils attribuent ˆ  des troubles organiques ou psychologiques ou psychiques alors quĠil sĠagit en fait de liens conditionnels absents , disparus ou variants (certains diront dŽviants )soit inadŽquats par ce que contraires aux rgles morales, juridiques ou situationnelle de lĠenvironnement de cet individu. 

 

La seconde consŽquence est quĠen sexotherapie . on est appelŽ ˆ utiliser constamment ces notions de conditionnement , dŽconditionnement , extinction des conditionnements rŽflexes.

mŽmorisŽ , mais souvent  les circonstances de lĠapparition des liens associatifs nĠest pas mŽmorisŽe , disons plut™t que lĠadresse dans notre  mŽmoire est oubliŽe  (ce qui ne veut pas dire que le souvenir ne soit pas stockŽ quelque part).

 

Ces souvenirs, stockŽs quelque  part dans notre systme de mŽmorisation, correspond ˆ ce que certains appellent des refoulements ou des rŽactions du subconscient ou de lĠinconscient.

 

Il est certain que cette incapacitŽ ou plut™t cette grande difficultŽ ˆ retrouver lĠadresse du stockage ne tient pas au hasard pur .

 

Il me semble que lĠoubli, plus ou moins important des adresses de stockage des souvenirs inhŽrents ˆ notre  enfance avant 4 ou 5 ans contribue ˆ sauvegarder  notre Žquilibre dĠadulte, car il nous rend difficile le souvenir donc la comprŽhension des conditionnements auxquels nous obŽissons.


Cependant il est remarquable de constater que cet oubli des adresses de stockage de nos souvenirs, mme parfois pour des pŽriodes plus tardives, y compris certaines pŽriodes de notre vie dĠadulte, dŽpend beaucoup du type de souvenirs ˆ stocker .

 

Dans lĠensemble disons que les ŽvŽnements qui ont orientŽs les grandes    lignes de lĠorientation de notre sexualitŽ : hŽtŽrosexualitŽ , homosexualitŽ,

SexualitŽ  variantes  etc É trouvent leur origine dans des souvenirs dont lĠadresse est oubliŽe mais qui sont imprimŽs quelque part dans notre mŽmoire.

 

Suivant les individus le tri des adresses de stockage est diffŽrent dĠun individu ˆ lĠautre ; certains les optimistes oublient  plus volontiers lĠadresse de stockage des ŽvŽnements malheureux, dĠautre plus pessimistes trient plus facilement les adresses des ŽvŽnements malheureux ou traumatisants.

 

 

Par exemple un individu peut trs bien avoir du mal  ˆ retrouver les adresses de stockage concernant toute sa jeunesse, si cette jeunesse a ŽtŽ particulirement malheureuse .Comme si lĠindividu inconsciemment

     cherchait ˆ oublier ces annŽes malheureuses pour sauver son Žquilibre    

     psychique ultŽrieur.

 

Chez un autre individu qui a eu un mariage malheureux, la plupart de des souvenirs concernant cette pŽriode  peuvent lui appara”tre totalement occultŽs

 

Je pense personnellement que comme le passŽ ne peut pas tre revŽcu, lĠimportant est de vivre bien le prŽsent qui sera demain le passŽ  ce qui va nous permettre plus facilement de jeter un regard serin sur lĠavenir.

 

Le but de toute thŽrapie comportementale est de chercher ˆ permettre au patient de retrouver sa capacitŽ ˆ retrouver la capacitŽ ˆ bien vivre le prŽsent

en acceptant  ces conditionnements passŽ et lointains .

 

 

 

Mais pour revenir ˆ la sexualitŽ, on constate que, chez beaucoup dĠindividus les conditionnement, les liens  conditionnels psychiques se  sont ŽtŽ initialisŽs trs jeunes.

 

DĠautre  part les liens conditionnels psychiques me semblent souvent initialisŽs par les liens conditionnels dĠorigine soit rŽflexe soit situationnels soit les deux.

 

Les Žvnements  qui me semblent conditionner  notre sexualitŽ  adulte, dĠaprs ce que relatent beaucoup de patients ou patientes  qui consultent, se situent entre 3 et 5 ans , bien que des liens  conditionnels puissent appara”tre ou se modifier ˆ  nĠimporte quel ‰ge.

 

Remarquons que souvent ces liens se forment donc ˆ un ‰ge dont on ne se souvient plus, ou tout au moins dont on ne se souvient plus sans effort.

 

Prenons un ou deux exemples tirŽs dĠexpŽriences professionnelles :

 

Un jeune garon de quatre ans, sent survenir une Žrection alors quĠil regarde les jambes et les pieds dĠune amie de sa mre.

 

Un lien se fait entre cette  excitation- Žrection dĠorigine purement visuelle et la vue de jambes de femme.

 

Il  consulte parce quĠˆ trente ans, il souffre dĠun  comportement sexuel handicapant :

Sa sexualitŽ se rŽsume ˆ devoir, pour obtenir une Žrection, se mettre dans sa voiture et se masturber en regardant les jambes des femmes qui passent .

Paralllement il se trouve en situation dĠŽchec lorsquĠil cherche ˆ avoir une relation sexuelle normale avec sa partenaire, car la vue du corps nu de sa partenaire ne lui procure par une excitation de nature ˆ dŽclencher son rŽflexe dĠŽrection .

 

 

On comprend facilement que le lien conditionnel qui sĠŽtait Žtabli dans lĠenfance perdure a lĠage adulte et est devenu un handicap important dans sa sexualitŽ adulte de nature ˆ g‰cher sa vie.

 

 

Solutions tenant compte du caractre rŽflexe des rŽactions sexuelles dans certains problmes sexuels

 

 

Ces considŽrations sur le caractre automatisŽ de nos rŽactions sexuelles pourraient entra”ner des rŽflexions pessimistes et fatalistes chez  les personnes qui souffrent de ces perturbations   concernant la survenue de rŽactions sexuelles inadŽquates ;

 Dans de nombreux cas , au contraire , la possibilitŽ de

                 

Conditionner , dŽconditionner, re-conditionner, Žteindre, remodeler

     

 les conditionnements de ces rŽflexes conduit ˆ tre plut™t optimiste. . 

 

Il sĠagit dans tous les cas dĠun vŽritable travail  personnel de type comportemental  et souvent cognitif (cĠest ˆ dire modifier les pensŽes qui sous-tendent nos comportements.
 

Entre pensŽe et comportements existent des liens que lĠon doit identifier afin en les dissociant

parvenir  ˆ crŽer de nouveaux liens.

 

Pour apprendre ˆ conditionner le rŽflexe orgasmique masturbatoire il faudra :

 

a.     Que la femme dŽcouvre dans des lectures Žrotiques des situation qui lui crŽent une sensation dĠŽmoi, dĠexcitation sexuelle.

 

b.    Souvent elle sera paralllement conduite ˆ rectifier les idŽes quĠelle sĠŽtait faite sur la sexualitŽ ˆ travers son Žducation, ce que lui en ont dit ses parents , ce quĠelle a compris de sa religion , ou sur  les idŽes quĠelle sĠest construite sur le caractre dŽgožtant de son sexe anatomique  .

 

c.    Elle devra ensuite accepter de caresser son clitoris lentement ˆ la dŽcouverte de sensations agrŽables, plus vives quĠˆ dĠautres endroits.

 

d.    Il lui faudra ensuite apprendre ˆ sĠabandonner ˆ la rverie afin de se construire une vidŽothque psychique totalement personnelle susceptible dĠŽveiller chez elle une forte excitation psychique.(relaxation ou hypnose)

 

e.    Il faudra ensuite quĠelle comprenne le rythme des caresses qui contribue ˆ  faire na”tre  elle  une excitation  croissante.

               f. Il lui faudra ensuite synchroniser rve ŽveillŽ et stimulations     

clitoridiennes afin de soutenir son excitation et voir appara”tre son      premier   rŽflexe orgasmique : les sensation prŽ orgasmiques.       

 

f.     Il lui faudra enfin  comprendre que lĠintensitŽ Žrotique doit arriver ˆ un trs  haut degrŽ pour                  que le rŽflexe orgasmique proprement dit  (les secousses) se dŽclenche .

Quand elle y sera parvenu une premire fois , sa seconde expŽrience sera plus facile et le conditionnement va sĠopŽrer par la rŽpŽtition de ces expŽriences .
Le temps quĠil lui faudra pour aboutir au dŽclenchement du rŽflexe va rapidement se raccourcir, le lien conditionnel va se renforcer

2)    

 

 

 

Exemple de dŽconditionnement : Extinction dĠun P.E.N .

 

 

Un homme subit secondairement la rŽpŽtition dĠun P.E.N. en plein milieu de lĠacte sexuel .

Il perd brutalement son Žrection au moment dĠeffectuer la pŽnŽtration .

Il va prendre du VIAGRA   ce qui va supprimer cet Žchec.

Le P.E.N.   va rapidement le plus souvent sĠaffaiblir puis  dispara”tre . .

Il pourra alterner de relations sexuelles sans Žchec avec la prise de VIAGRA une fois sur deux puis une fois sur trois puis arrter dŽfinitivement le mŽdicament .

 

Il devra faire paralllement de la RELAXATION ou de lĠHYPNOSE   afin dĠagir directement sur ce P.E.N. la RELAXATION agissant directement  sur lĠŽquilibre SYMPATHIQUE  - PARASYMPATHIQUE  en favorisant la prŽdominance sur SYSTEME PARASYMPATHIQUE  et donc sur lĠ Žrection.

VOIR RELAXATION et HYPNOSE.